Radio Elvis – Avant la ruée

 

Pour ceux qui auraient manqué « La traversée », leur titre diffusé sur les ondes : non, Radio Elvis n’est pas un groupe de reprises du King. Portrait du groupe avant la ruée.

 

radio-elvis

© Nicolas Despis

Radio Elvis doit son nom à une « vieille » chanson qu’ils ne jouent même plus. Il faut dire que le projet a pas mal évolué depuis ses débuts comme nous l’explique Pierre, le chanteur/guitariste du groupe : « A l’ origine, j’étais seul avec ma guitare et Radio Elvis c’était du spoken word posé sur des ambiances musicales. Il m’a fallu trois ans de concerts pour élaguer et trouver ce que je voulais faire. Puis Colin et Emmanuel ont finalement donné une nouvelle vie au projet». Le trio a depuis sorti un premier EP élégant, le bien nommé Avant la ruée. Si les musiques sont composées à trois, Pierre écrit seul les textes, essentiellement inspirés de la littérature de voyage (Fante, London, Saint Exupéry…).

 

« Nous aimons que le public se crée sa propre interprétation. »

 

Pierre reconnaît pourtant ne pas avoir été un routard. Il évoque des « envies de conquêtes » qu’on peut avoir en lisant ou en écoutant de la musique. «  Enfants, nous avions deviné qu’au loin se tramait un festin, nos voyages immobiles devaient nous y mener » peut-on lire sur le site du trio qui se revendique « chanson indé », à mi-chemin entre la chanson française et le rock indé. Il faut dire qu’avec ses allures rimbaldiennes, son
verbe élégant et ses compos anglo-saxonnes, Radio Elvis a vite été présenté comme un smoothie Dominique A/Tiersen/Cantat. «  Les comparaisons ça fait partie du jeu. Certaines sont de vraies influences, d’autres non. J’ai peu écouté Yann Tiersen, par exemple, mais c’est à cause de la marinière
qu’on dit ça  » s’amuse-t-il. Le jeune homme se fait, au contraire, plus prolixe lorsqu’il s’agit de Dominique A, reconnaissant que l’écouter avait été «  un tournant dans sa vie  ». Comme l’interprète d’Eleor, Pierre cultive le goût pour une écriture à la sophistication légère : « La trame de nos chansons est assez floue. Nous aimons que le public se crée sa propre interprétation ». Quant à l’attente suscitée par Radio Elvis, celui qui a été égérie Yves Saint Laurent aux côtés de la nouvelle garde du rock indé sait rester humble. « Nous avons encore tout à prouver. A chaque concert on va chercher le public un par un ».

Vérification à Mythos.

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux