PEDRO ALMODOVAR

Pedro-Almodovar-web

Donnez lui sa palme qu’on en finisse

Comme il y avait Dicaprio et son oscar, il y a Almodovar et sa palme d’or. Même si beaucoup pensent que le réalisateur espagnol fait partie du club privé des palmés, il n’en est rien : avec quatre films en compétition officielle, Pedro et la croise#e reste une histoire d’amour contrariée.

Malgré une première sélection tardive à 48 ans, tout commençait pourtant bien en 1999 quand le réalisateur remporta le Prix de la mise en scène avec Tout sur ma mère. La palme d’or n’était normalement que remise à plus tard. Mais les années passent et son cinéma perd un peu de son extravagance. En 2006, Pedro retente sa chance avec Volver. Cette fois ci, il repart avec le prix du scénario et un prix d’interprétation collectif pour ses actrices. Pedro sourit mais Pedro veut sa palme d’or sur sa cheminée. Il revient trois ans plus tard avec Etreintes brisées. Il est favori mais Isabelle Huppert remet la récompense suprême à son pote Haneke pour Le ruban blanc. En 2011, rebelote : c’est le phénomène Tree of life qui lui vole la vedette et son thriller La piel que habito repart bredouille. Pedro voit rouge mais prépare déjà sa revanche. La sélection officielle pour l’édition 2016 n’est toujours pas annoncée que Silencio, son nouveau film est déjà programmé, comme par hasard, dans les salles en plein mois de mai, pendant le festival.
Son vingtième film raconte l’histoire d’une professeur de 55 ans qui fait le bilan de ses trente dernières années et cherche à faire parvenir son récit à sa fille disparue depuis ses 18 ans. Avec ce film qui « parle du destin, de la culpabilité et de ce!e force mystérieuse qui nous pousse à abandonner des personnes qu’on aime », Pedro a déjà réservé sa chambre au Martinez. Moins 20% pour les habitués.

Julieta
de Pedro Almodovar
avec Emma Suarez, Adriana Ugarte, Inma Cuesta,…
Sortie le 18 mai 2016.

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux