OLIVIER MELLANO – Son agenda musical

Mellano

Compositeur prolifique et artiste emblématique de la scène rennaise, Olivier Mellano évoque pour
nous ses trois prochaines actus.

degatdeseauxDEGATS DES EAUX, AU FIL DU PARLEMENT
Une installation photo-musicale pour Le Musée de Bretagne
« Le lendemain de l’incendie, Richard Dumas a fait des photos au parlement. Il en a tiré un travail magnifique autour des œuvres d’art sauvées de l’incendie. Ces photos sont différentes de ce qu’il fait habituellement, puisque Richard fait beaucoup de portraits (Bashung, Miossec…Ndlr), mais l’ambiance des photos rejoignait l’univers baroque de ma musique.                                                 On a créé une installation photo-musicale voulue comme une plongée multidiffusion où tout se mélange avec une voix différente devant chaque photo. Pour le chant, j’ai retravaillé avec la soprano Valérie Gabail avec qui j’avais bossé sur La Chair des anges. Musicalement, Dégâts des eaux est difficile à qualifier. C’est assez planant. Ce n’est pas vraiment de la musique classique mais il y a des tonalités baroques, un peu d’électronique aussi. Disons de la musique expérimentale baroque ambiante (rires) ».

Où ? Quand ?
Installation : jusqu’au 12 juin au Musée de Bretagne
Performance Live : le 18 mai

 

On-fait-un-spectacleON A DIT ON FAIT UN SPECTACLE
Un spectacle collectif sur le thème du rêve
« C’est un projet à l’initiative d’une productrice, Sonia Bester de Madame Lune avec qui j’ai travaillé par le passé. Elle voulait faire un spectacle avec une partie des artistes avec qui elle a bossé pour faire une sorte de music-hall. Un mélange de théâtre, musique, chanson…
On est huit artistes fixes dont Rosemary Standley de Moriarty, Nicolas Martel, Maeva Le Berre… et des invités extérieurs nous rejoignent sur certaines dates. La thématique est le rêve. Nous faisons des morceaux de chacun ou des reprises (Sweet Dream d’Eurythmics, Un rêve de Gabriel Fauré…Ndlr). Sur le papier, ce n’est pas l’endroit où je me retrouve artistiquement mais sur scène, il se passe une vraie dynamique et un vrai plaisir à jouer ensemble. C’est assez enthousiasmant. Comme une bulle d’air en dehors de nos projets persos ».

Où ? Quand ?
le 19 Avril au Festival Mythos – Rennes

 

NoLandNO LAND
Un hymne anti-identitaire pour un Bagad
« Je compose NoLand actuellement pour la bagad de Cesson avec la voix de Brendan Perry, le chanteur de Dead Can Dance qui est pour moi une des plus grandes voix vivantes au monde. Il y a toujours un lien avec la musique traditionnelle dans ce qu’il fait avec Dead Can Dance et il a dit oui tout de suite au projet. J’ai donc repensé toute la pièce pour son type de voix.
Pourquoi un bagad ? Parce que j’aime aller dans des univers différents. A chaque fois que j’entend un bagad, c’est physique et assez violent mais je trouvais dommage que personne n’ait composé autre chose qu’une musique traditionnelle. Mon but est de le faire sonner différemment en travaillant sur des choses tribales. NoLand est un hymne anti-identitaire et anti-régionaliste, cela m’amusait de faire porter cela par un bagad. L’idée est de faire une sorte de manifeste plus poétique que politique autour de la porosité des frontières et la découverte de l’autre. Scénographiquement, No Land sera martial mais le principe est d’utiliser un vocabulaire guerrier pour délivrer un message qui est tout le contraire ».

Où ? Quand ?
le 3 juillet Place de la Mairie – Rennes

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux