Menthol

Les deux briochins arrivent avec un nouveau projet teinté d’une électro/pop novatrice. Un vent de fraîcheur souffle sur les Côtes d’Armor !

Menthol

© Vincent Paulic

Vous aviez tous les deux, et avec Franck Richard (désormais batteur de Yelle), créé le groupe Rafale. Ce projet n’aura duré que le temps d’un album. Pourquoi ?
Rafale a duré bien plus que le temps d’un album. Nous avons sorti trois EP avant Obsessions, tourné pendant 5 ans, joué à l’étranger et sorti plusieurs clips. C’est lorsque nous nous sommes mis à composer les premiers titres de ce qui devait être le successeur de ce premier disque que la mutation de Rafale en Menthol a commencé à s’opérer.

Qu’est-ce qu’il y a dans Menthol qu’il n’y avait pas dans Rafale ?
Il ne s’agit pas avec Menthol de combler d’éventuels « défauts » de Rafale… Ce sont deux projets biens distincts qui sont le reflet de nos envies, de nos goûts mais aussi de notre évolution en tant que personnes. Nous avions 26 ans quand on a commencé Rafale et sommes aujourd’hui trentenaires. Je pense qu’il est naturel que notre musique évolue en même temps que nous. Là où Rafale misait tout sur l’énergie, l’impact de la techno et le côté sauvage du rock, Menthol est plus cérébral, sûrement aussi plus sage avec un côté pop clairement assumé.

Auparavant, vous chantiez en anglais, pourquoi chantez aujourd’hui en français ?
Le passage en français s’est fait instinctivement en travaillant sur les premiers squelettes de morceaux. J’ai commencé par écrire une phrase qui me trottait dans la tête, puis une autre, puis un refrain et au bout du compte j’ai présenté le résultat à Julien. Une fois ce cap passé, il me semblait évident de poursuivre en français. J’avais l’impression d’avoir ouvert une porte et de ne plus avoir envie de faire marche arrière.

De quoi parlent vos morceaux ?
J’aime assez l’idée que l’auditeur se fasse sa propre opinion en écoutant les textes. D’une manière générale, il s’agit d’images mentales retranscrites en textes et certaines phrases peuvent paraître assez énigmatiques comme sur L’Or et le miel par exemple. D’autres morceaux comme Dans la peau sont plus explicites.

Est-ce que vous pensez que vos fans se retrouveront dans ce nouveau projet artistique ?
Je n’en ai aucune idée même si j’aimerais sincèrement que le public de Rafale aime Menthol. Comme je te l’ai dit ce sont deux projets différents menés par les mêmes personnes. Peut-être que ce lien et une certaine manière d’écrire permettront aux fans de Rafale de prendre du plaisir en écoutant les chansons de Menthol.

Rafale sonnait électro/rock, pourquoi vous êtes vous orientés vers un son plus pop avec Menthol ?
Encore une fois c’est la musique qui a décidé pour nous… Lorsque nous avons commencé à intégrer le chant en français, il nous est apparu évident de mettre ce nouvel aspect en valeur à travers un mixage plus prononcé en faveur de la voix par exemple mais aussi avec des structures plus pop laissant le champ libre aux textes.

Vos morceaux ont souvent la sonorité de ceux produits dans les années 80. C’est une volonté ?
Pas vraiment. D’ailleurs les titres que nous préparons actuellement se démarquent nettement des standards de production de l’époque.

Quelles sont vos influences musicales en dehors des années 80 ?
Nous ne sommes pas influencés par les années 80 en particulier. Je dirai que c’est le matériel que l’on utilise qui date de cette époque (le Juno 60 par exemple) qui fait que certains de nos titres possèdent cette couleur… On écoute beaucoup de choses différentes qui n’ont rien à voir avec ce que l’on peut faire avec Menthol. Je te dirai que Bowie, Depeche Mode, INXS, Serge Gainsbourg, SBTRKT, The XX, Thomas Azier ou The Cure sont des artistes que l’on aime bien écouter et qui d’une certaine manière ont un petit quelque chose de Menthol en eux.

Un album est-il prévu à terme ?
Oui évidemment mais nous en sommes très loin et pour le moment nous souhaitons mettre l’accent sur le live.

Menthol® est une marque déposée. Vous n’avez pas peur que celle-ci vous oblige à changer de nom ?
Ah je ne savais pas… on va contacter nos avocats à Los Angeles ! :-)

C’est quoi la suite pour « Menthol » ?
Du live, du live, du live ! Enfin partager toutes ces nouvelles chansons avec le public et écrire de nouveaux titres !

Tags :     ,

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux