MARVIN JOUNO

Marvin-Jouno-web

Festival Mythos – Rennes – le 21 avril 2016 

ll est 18h. Le soleil brille à travers les vitraux du ca- baret botanique. Celui-ci n’affiche pas complet mais réserve un accueil chaleureux à Marvin Jouno. Son premier album, Intérieur Nuit est sorti quelques semaines plus tôt. Le jeune homme, originaire de Saint Brieuc, n’a qu’une poignée de concerts à son actif mais parvient à retranscrire en live les ambiances froides et bleutées de « sa pop en VF ».

Faire sonner le français à l’anglaise
Marvin présente une série de morceaux intimistes, des chansons aux allures cinématographiques re- vendiquées (Antoine de 7 à 9, référence au Cléo de 5 à 7 de Varda…), des « paysages engourdis » par la mélancolie mais drapés dans des ambiances synthé- tiques entêtantes. Au petit jeu des comparaisons, deux noms s’imposent. D’un côté, il y a du Benjamin Biolay dans le timbre de voix charnel de Marvin et, d’un autre côté, avec son élégance de « Jeune gens Möderne » d’aujourd’hui (blouson bleu marine, jean et tennis à trois bandes), il est impossible de ne pas voir en Marvin Jouno un héritier d’Etienne Daho. Même démarche. Même pudeur. Même volonté de faire sonner le français à l’anglaise. Le jeune homme reconnait d’ailleurs lui-même la filiation en reprenant Le grand sommeil dans une version piano/ voix troublante. Par la suite, à l’ombre un peu écrasante de ses pairs, Marvin Jouno s’en sort plutôt pas mal en révélant son univers personnel et poétique et par une prestation séduisante dont le seul vrai bémol aura été la programmation en après-midi. Comme son nom l’indique, les ambiances nocturnes conviennent mieux à son Intérieur Nuit

Où ? Quand ?
Le 25 octobre – Bleu Pluriel – Trégeux
le 18 novembre – Le Zéphir – Chateaugiron 

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux