LITHIUM

La-vie-au-ranch-web

Les voix emmêlées de deux égarés pour un premier roman désenchanté dans l’air du temps.

Le roman générationnel est un genre en soi. Avec ses codes ou ses tics. On aime ou on déteste. Au choix. Comme tout roman généra- tionnel, Lithium se déroule à Paris et raconte la vie de deux tren- tenaires ou presque. Ils s’appellent elle et lui, « les prénoms n’ont pas d’importance » dans les romans générationnels. Elle est « une enfant de la consommation et des réseaux sociaux ». Elle est belle. Ou détachée. Au choix. Elle est une angoissée en manque affectif, « du coup elle a des plans culs, des rêves, des MST ». Sa philosophie de vie : « on verra bien ». Lui a terminé ses études. Il est commercial sans passion ou « arnaque les petits vieux ». Il est en couple ou pas vraiment amoureux. Les deux sont désenchantés ou « en manque de repères ». Au choix. Ils aiment les soirées ou « ont soif de vivre ». Lucides ou perdus, le cynisme est leur carapace émotionnelle.

Elle démissionne de son job qu’elle déteste. Comme dans tout ro- man générationnel, elle va tout quitter pour aller vivre à l’autre bout du monde. Ils ont une semaine pour se croiser, se chercher. Peut- être se trouver…

Comme tout roman générationnel, Lithium a ses chapitres courts, ses dialogues ciselés, son lot d’aphorismes (« la vie est trop courte pour la passer à trouver le temps long ») et sa scène de cul, un peu crue ou un peu glauque. Au choix. A la fin, on se dit que ce portrait d’une génération ambivalente est assez juste. Ou creux et déjà lu. Réaliste ou désabusé. A 25 ans, Aurélien Gougaud signe un premier roman bon ou mauvais. Au choix.

Lithium-webLithium
de Aurélien Gougaud
Editions Albin Michel 189 pages – 16 euros

 

 

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux