L’HOMME QUI CHANTE par Alfred

homme-qui-chante-79

© Alfred

Le dessinateur Alfred, co-auteur avec David Chauvel, décrypte leur carnet de bord de la création du dernier album d’Étienne Daho, Les chansons de l’innocence retrouvée. Une bédé à l’image du chanteur : élégant, pudique et pop.

L’envie du livre est née du disque Le condamné à mort, inspiré de Jean Genet qu’Etienne Daho a fait avec Jeanne Moreau. C’est un disque qui nous a bouleversés, David et moi, et une question nous intéressait : que fera, après cette oeuvre charnière, un artiste tel que lui quand il reviendra à un projet personnel ?

En fait, notre intention n’était pas de faire un portrait ou une biographie mais plus un focus sur la création d’un disque. Le projet intriguait beaucoup Etienne et je pense qu’il était curieux de voir comment d’autres artistes dans un autre médium aller digérer son propre acte créatif. Il nous a fait confiance et nous a proposé de le suivre pendant 3 ans.

Je vois vraiment ce livre comme un carnet de bord : des dessins jetés plus pour capter une émotion, une vibration que reproduire la réalité. La première fois que nous avons rencontré Etienne, j’avais une boite de crayons et un carnet que j’emmène dans tous mes voyages. J’ai passé beaucoup de temps à dessiner et après un an de travail, je me suis aperçu que c’était la bonne méthode dans la mesure où nous étions en train de vivre aussi un voyage… à l’intérieur d’un disque.

Graphiquement, un des enjeux du livre était bien sûr de dessiner Daho lui-même car il n’est pas simple à dessiner avec des traits fins, un peu intemporels à la Peter Pan. Je devais trouver l’équilibre entre un dessin réaliste un peu figé et un dessin plus exagéré et donc caricatural. En fait, j’ai préféré capter ce qui se dégage de lui par une interprétation vivante.

Ce qui m’a impressionné chez lui c’est son exigence et l’énergie positive incroyable qu’il renvoie. Ce n’est pas parce qu’Etienne est réservé qu’il n’est pas généreux dans ce qu’il donne. En 3 ans, nous avons vécu pleins de choses mais nous avons exclu tout ce qui sortait du cadre de la création car ce n’était pas l’objet du livre. Nous avons aussi fait parler toute son équipe pour raconter comment elle l’aide à concrétiser sa vision de l’album.

L’homme qui chante est aussi un livre charnière dans notre relation professionnelle, David et moi, car nous n’aurions pas pu le faire l’un sans l’autre et cette rencontre avec un artiste qui nous passionne depuis des années aurait pu être une déception, c’était le risque et cela a été tout le contraire.

Alfred.

l-homme-qui-chante

© Alfred

L’homme qui chante
de David Chauvel et Alfred
Editions Delcourt
18,95 € – 140 pages

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux