Le cercueil en carton

 

fleurs-des-champs

© Droits réservés

 

 

Autorisés depuis 98, les cercueils en carton sont une alternative au bois. Brigitte Sabatier d’abCrémation, l’un des deux fabricants français, nous en a parlé.

En 2009, Brigitte Sabatier se lance dans l’aventure des pompes funèbres. Son idée  ? Développer en France le marché des cercueils en carton en s’inspirant « des  pays du nord de l’Europe où ces cercueils sont largement utilisés  ». C’est la fibre écologique qui motive sa décision. Elle propose un modèle entièrement fabriqué en matériaux recyclables  : 5 couches de carton ondulé, des poignées en coton tissé et des clips de fermeture en matière végétale.

« Tout ce qui est nouveau fait peur. »

Outre l’argument écolo, le cercueil en carton a l’avantage d’être léger (« 7kg supportant 250kg de charge »), personnalisable (« avec des photos imprimées de fleurs ou selon la profession, la passion du défunt ») et surtout peu onéreux. Sans dévoiler le prix de fabrication, Brigitte assure que ses cercueils sont vendus « à gamme équivalente, moitié moins cher ». Selon les pompes funèbres Plancoëtines qui le proposent (ils en ont vendu un seul !), comptez « 700 euros pour un cercueil personnalisé » alors que les tarifs d’un cercueil en bois massif varient entre 800 et 3000 euros. Brigitte reconnait avoir dû se battre contre les lobbies des crématoriums pour imposer son alternative. « Tout ce qui est nouveau, fait peur mais dans 10 ans le cercueil en carton sera rentré dans les meurs » assure la dirigeante.

En attendant, certains pros restent méfiants, reprochant au carton sa rapidité d’embrasement (dangereux pour les équipements) ou la nécessité d’injecter plus de gaz pour que la combustion soit complète. Mais Brigitte balaie toutes critiques : « nous avons effectué tous les tests de la norme AFNOR et le cercueil est maintenant homologué. Les crématoriums n’ont plus de raison valable de l’interdire ». Le père Lachaise, le plus grand crématorium de Paris, les accepte d’ailleurs depuis août et d’ici la fin de l’année, les cercueils en carton seront normalement autorisés dans toute la France.
Brigitte s’avoue satisfaite : « pour moi mais aussi pour toutes les familles qui souhaitent proposer des funérailles écologiques et uniques à l’image de leur défunt ».

Tags :     ,

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux