La vie financière des poètes

La crise en dérision.

 

jess-walter

© Droits Réservés

«  Sauf ton respect, Matt  : la poésie financière ? Mon cul ! ».

Matt avait eu une bonne idée  : quitter son boulot de journaliste pour créer un site web de poésie financière. C’était un pari risqué. Mais aujourd’hui, crise financière oblige, Matt doit bien admettre que les poèmes sur les subprimes, ça ne rapportent pas un rond. Criblé de dettes, il n’a plus que huit jours pour sauver sa maison des griffes des banques. Pour couronner le tout, son mariage bat de l’aile. Sa femme flirte sur le net avec un ex tandis que son père atteint de démence sénile s’installe chez lui après s’être fait arnaqué par une de ses maîtresses. Au pied du mur, c’est la rencontre providentielle sur un parking, une nuit d’insomnie, avec deux petits dealers qui le convaincra de se lancer dans la vente de marijuana. Malheureusement pour lui, on ne s’invente pas Pablo Escobar du jour au lendemain. Surtout pour un poète financier. Avec un peu de Weeds, un peu de Breaking bad et beaucoup de dérision, La vie financière des poètes est un roman sympathique, traitant la crise financière avec lucidité et légèreté.

La vie financière des poètes – Jess Walter
Editions 10/18
377 pages – 8,40 euros

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux