La veste-tente

Alors que la saison des festivals bat son plein, Pataquès s’est penché sur un tout nouvel accessoire : la veste tente. Objet fantasmé des festivaliers au look de tortue ou gadget inutile ? Rapide tour d’ horizon pour s’en faire une opinion.

veste-tente

© Droits réservés

C’est une jeune belge, Axelle Vermotten, étudiante en architecture d’intérieur qui a imaginé et conçu cet objet hybride, mi abri pour dormir, mi k-way®. Veste imperméable et fonctionnelle pour se déchaîner devant les concerts sous la pluie et solution de repli pour repos bien mérité, la « Tentcoat » devrait séduire les festivaliers… La veste est équipée pour une métamorphose rapide et simple : dans les poches, des arceaux rétractables, un tapis de sol et des sardines enfouies. En quelques minutes, vous voilà installés, prêt à roupiller ! Pour éviter l’hypothermie, pensez quand même à glisser une couverture de survie dans la poche arrière de votre jean. Dernière recommandation : la veste tente ne vous dispense pas de réserver votre emplacement au camping. Sinon, pas gagné de trouver votre mètre carré vital à 3h du mat’…
Plusieurs prototypes ont été créés mais pas de commercialisation prévue pour le moment. Pataquès n’a donc pas pu tester (dommage, on aurait bien fait notre dernière réunion sous la tente)…
Peu d’intérêt à cette chronique nous direz-vous  !
Mais c’est aussi tout l’intérêt du bidule : parler d’objets qui ne servent pas à grand-chose, sauf à vous faire dire : Ah ouais, bien vu ce truc ! Et qui sait ? Peut-être qu’un jour, on retrouvera la « TentcoAt » sur tous les festivals ! Pataquès vous aura prévenu…

 

 

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux