La part du feu

 

Un idéalisme troublé.

part-du-feu-poche

© Droits réservés

« Lui n’avait pas capitulé, au plus fort de l’humiliation et de la douleur ».

Lors d’un banal contrôle de groupe sanguin, Laurence apprend que celui qui l’a élevé n’est finalement pas son père biologique. Une fois la nouvelle digérée, cette quadra divorcée, finit par fouiller dans les correspondances de sa mère et découvre des lettres échangées entre celle-ci et un mystérieux Guillermo Zorgen, militant d’extrême gauche des années 1970, suscitant aussi bien l’amour que la haine et décédé dans de mystérieuses conditions. Remontant la piste, Laurence voudra connaître le lien qu’entretenait le charismatique Guillermo avec ses parents. La nécessité de savoir, la recherche identitaire, les secrets de famille… sont des thèmes chers à l’auteur. Mais au-delà de l’intrigue familiale, c’est surtout l’ambiance militante d’un groupe clandestin d’extrême gauche des années 70 en France qui est brillement dépeinte dans ce roman. Le rejet du capitalisme et cette envie de changer la société caractérisent ce groupuscule.
Mais derrière ces idéaux communs, c’est aussi dans beaucoup de violence, de colère et de conflits au sein d’un même mouvement qu’Hélène Gestern nous plonge.

 

La part du feu
de Hélène Gestern
Editions Arléa
10euros – 260 pages

 

 

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux