Fuzeta – La révélation 2015

C’est sous le soleil écrasant de Bobital que nous retrouvons la bande de Fuzeta, une petite heure après leur set qui a su séduire les festivaliers à l’ouverture des portes du festival. Coup de coeur 2015, révélation de l’année, vainqueur du Prix Ricard S.A Live, qu’importe le titre et les attentes, les quatre Vannetais (trois frères et leur ami d’enfance) parlent avec passion de leur musique solaire et d’un projet débordant de sincérité. Rencontre.

Fuzeta ©Pataquès

Fuzeta ©Pataquès

 

Fuzeta 1

Dorian – Fuzeta ©Pataquès

Dans l’histoire de la musique, le groupe de frangins est un genre à part. Pour le meilleur (Beach Boys, Jackson Five…) et le pire (Hanson, The Corrs…) Mais, depuis l’année dernière, dans la catégorie « pour le meilleur » et pour notre grand plaisir, la liste s’est de nouveau agrandi avec Fuzeta, groupe de Vannes, réunissant trois frères (Charles à la basse, Pierre et Dorian aux guitares) rejoints par leur pote d’enfance Jérémy à la batterie. Si notre conversation nous permet de connaitre les avantages de jouer entre frères (« ça permet d’aller plus vite, d’être plus direct entre nous », explique Pierre) et les inconvénients ( « si notre tour bus a un accident, ça sera un coup dur pour notre mère », ironise Dorian), on esquive volontairement l’interview « frangins » (qui tapait les autres? qui ramenait le plus de filles? qui était le chouchou de maman? etc…) pour se recentrer sur la nature même du projet. En effet, il serait un peu facile de réduire Fuzeta à son aspect familial un peu « marketing ». Pourtant, interroger les liens familiaux des « garçons » nous permet de mieux comprendre leur univers fortement lié à l’enfance. « Avant Fuzeta, j’ai participé à beaucoup de projets dont la musique ressemblait à la musique que j’écoutais. J’étais dans une sorte de posture en copiant la musique que j’aimais. Avec Fuzeta, j’ai voulu éviter ça. Etre le plus sincère possible. Quand nous avons décidé de créer Fuzeta, nous avons cherché un univers qui n’appartient qu’à nous. Un univers qui serait le plus simple et naturel à exprimer sur scène. L’enfance s’est imposé» explique Dorian à l’origine du projet. Un univers qui se retrouvent dans le nom même du groupe, Fuzeta étant un petit village de pêcheurs du Portugal où les trois frères passaient leur vacances quand ils étaient mômes et surtout dans les 5 jolis titres de leur premier ep, Dive qui pourrait être à la musique ce que Stand by me (de Rob Reiner) est au cinéma : un hymne à l’enfance, sensible et profond. Derrière leurs allures de jeunes hommes, comme un film de vacances super 8, on imagine d’ailleurs très bien, la bande de gamins, qu’ils ont pu être, revenant d’une partie de pêche sur les plages de Vannes.

Fuzeta 2

Dorian et Jérémy – Fuzeta ©Pataquès

« Mais si nous parlons de choses très intimes, des événements qui nous sont proches, on s’est vite aperçu que notre enfance parlait à beaucoup » raconte Charles, « par exemple, dans notre clip, Dive, un vieil homme descend un chemin et finit par sauter d’un rocher dans la mer et beaucoup de gens nous racontent avoir eu un rocher depuis lequel ils sautaient, sans savoir que ce rocher, précisément, était le rocher depuis lequel, nous même nous sautions quand nous étions enfants ».

Fuzeta 8

Pierre et Charles – Fuzeta ©Pataquès

L’entretien est aussi l’occasion de revenir avec le groupe sur leur jeune parcours (le groupe est né fin 2013), l’équivalent, selon nous, de la route rêvée / idéale pour un groupe émergent. «  On ne se plaint pas » sourie Dorian. En effet, beaucoup de groupes aimeraient le même parcours : après un premier concert au festival Les Indisciplinés, Fuzeta explose aux Trans et sort, quelques mois plus tard, vainqueur du Prix Ricard S.A Live ce qui leur a permis de tourner des vidéos et enchainer les dates entre la tournée Ricard S.A Live et les festivals. « Les Trans c’était magique mais la cerise sur le gâteau a vraiment été le prix Ricard car il y avait de très bons groupes et on ne pouvait pas imaginer sortir gagnants » raconte Charles. Ce prix leur a permis surtout de se structurer, chacun des membres y allant de son commentaire pour saluer l’importance et le soutien que peut apporter l’équipe de Ricard S.A Live. «Selon nous, c’est  actuellement le plus gros dispositif d’accompagnement. Ricard ne nous impose rien. Pendant un an, ils font le boulot d’un vrai label, avec un vrai accompagnement personnalisé et mettent en place une vraie stratégie, avec une vraie réflexion commune sur la direction que veut prendre le groupe » explique Pierre.
Si le groupe ne tarit pas d’éloge sur le prix Ricard, « l’offre d’accompagnement à 360 ° » de la marque d’alcool (une  dotation équivalente à 60 000 euros en terme de soutien, production, live coaching, backline…) leur a surtout permis de concrétiser le projet qu’ils avaient mis en place avec l’équipe de MAPL (asso gérante de la salle Le Manège à Lorient) car, à les entendre, les musiciens savent ce qu’ils veulent. « Dès le début, nous avons pensé le projet pour qu’il vive sur le long terme. Par exemple, nous avions décidé de ne pas faire de scène tant que notre musique ne serait pas prête. Pour éviter, l’effet « pétard mouillé » du groupe qui sort 3 titres, fait un petit tour de quelques scènes puis s’éteint » explique Dorian, « quand nous avons fait les Trans, nous n’étions pas parfaits car c’était le début mais tout notre univers était déjà là ».

Fuzeta 9

Pierre – Fuzeta ©Pataquès

Cet univers sensible, le groupe prend un certain plaisir à le partager avec le public (le concert de Bobital en fut la confirmation) de plus en plus nombreux à leur concert. « On fait cette musique pour être sur scène. C’est simplement « un gros kiffe » de jouer nos morceaux dans des lieux magnifiques et de partager cela avec ses frères et son meilleur pote » résume Dorian tandis que Charles confirme par un amusant« c’est quand on rentre en studio que les problèmes commencent » puisque le quatuor tient à garder, pendant les sessions d’enregistrement, une certaine légèreté dans les arrangements et le maximum de fraicheur sur leurs titres. Ne surtout pas surcharger les productions. Les problèmes devraient donc très bientôt recommencer pour Fuzeta puisque le groupe commencera, dès le mois d’août, à enregistrer de nouveaux titres pour un second ep autoproduit à paraitre en février 2016. Si le premier album se fait attendre (ils ont un éditeur mais recherchent un label pour les accompagner), une chose est certaine avec ce nouvel opus (peut être moins centré sur l’enfance), on devrait rapidement réentendre parler de Fuzeta et de nouveau les croiser sur les routes de France et des festivals. Le rendez vous est pris.

Fuzeta sera en concert le 22 juillet à Quimperlé, le 24 juillet au Grand Souk à Ribérac, enfin le 25 au Pont du Rock !

Suivez Fuzeta avec leur journal de bord sur Ricard S.A Live.fr  : ici

Articles en lien

Un commentaire

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux