Fumiers de Thomas Blanchard

fumiers

© Droits réservés

Envie (besoin ?) de rire du monde qui vous entoure ? Pataquès vous propose, Fumiers de Thomas Blanchard à voir près de chez vous.

Fumiers, Strip Tease sur planches
Nicole, agricultrice célibataire et Liliane, femme au foyer, 75 ans toutes les deux, étaient amies dans leur enfance à Brioux Saint-Juire avant que Liliane quitte le village pour épouser un homme aisé. De retour pour ses vieux jours, le couple a racheté la maison mitoyenne à celle de Nicole et pensent y vivre paisiblement. Mais Nicole, tous les matins dépose une brouette de fumier sous les fenêtres de ses voisins.
Le tas de fumier grossit et devient l’enjeu d’un conflit où viennent se mêler habitants, maire, juges et gendarmes…
L’histoire est vraie, sujet d’un épisode de l’émission culte Strip Tease. Une histoire incongrue, drôle et quelque peu effrayante que seule l’émission belge semble capable de trouver et filmer à juste distance. « Quand j’ai découvert par hasard l’épisode en 2011, j’ai été fasciné et j’ai tout de suite vu dans ces personnalités hautes en couleur un sujet de théâtre » raconte Thomas Blanchard, metteur en scène de l’adaptation où en permanence «  la réalité questionne la fiction ».
Selon lui, l’enjeu de la pièce était justement « d’humaniser ces personnes à la limite du cliché » mais aussi d’en faire « des figures de théâtre qui ne sont, au fond, pas plus excessives que Phèdre ou Richard III ». La caricature ne l’a ainsi pas effrayé car « leur outrance existe réellement dans la vie. Notre époque est propice aussi aux comportements extrêmes », ajoute-il, citant Kim Kardashian et Eric Zemmour en exemple. Mais autour de ce tas de fumier « objet fascinant du litige », Thomas Blanchard a surtout voulu, avec humour et fantaisie, interroger, notre goût du conflit : « le plaisir de la discorde est au coeur de la pièce. Pourquoi certaines personnes préfèrent s’ébrouer dans un conflit pour des raisons mystérieuses ou futiles plutôt que vivre en paix ? » Une question (et un tas de fumier) finalement bien dans l’air du temps.

Du 1er au 5 mars au TNB (Rennes)
Le 8 et 9 mars à la Passerelle (Saint-Brieuc)

Tags :     ,

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux