CHAGALL – De la poésie à la peinture

Marc-Chagall,-Le-cirque-bleu,-1950web-1952-_-Photo-RMN-Grand-Palais-(musee-Marc-Chagall)-Gerard-Blot-®-Marc-Chagall-®-Adagp,-Paris-2016

Chagall – de la poésie à la peinture

 

Avec plus de 300 oeuvres exposées à Landerneau, jamais Chagall n’avait été aussi bien offert à la vue du public dans le grand Ouest. Jean Louis Prat, commissaire artistique de l’exposition, évo- que l’oeuvre et le parcours hors norme d’un des plus célèbres peintres du 20ème siècle.

Que représente pour vous l’œuvre de Chagall ?
Un univers d’espoir pour l’homme et un univers d’espoir pour la peinture. C’est un homme qui a vécu sa vie suffisamment librement pour ne pas vouloir être prisonnier de quoi que ce soit. Le monde de Chagall est un monde de liberté. Sa peinture était un moyen de dire autre chose par le rêve, par la poésie d’où le titre de l’exposition, De la poésie à la peinture.

En quoi la poésie a-t-elle influencé sa peinture?
On retient surtout de Chagall, la couleur bien sûr mais il a aussi été fortement marqué par son contact avec des écri- vains et des poètes que ce soit Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire, André Breton, Louis Aragon, André Malraux… Chagall disait qu’il « voyait leurs mots en accord avec son monde et sa peinture ». Son grand pouvoir était de s’attacher à dire le pouvoir des mots des autres et de les illustrer et c’est ce travail que nous avons mis en avant dans l’exposition.

Comment avez-vous fait ?
On expose beaucoup de ses tableaux du monde entier mais aussi de très grands livres illustrés faits de gravures ou de lithographies que Chagall a fait. Ses illus- trations des Ames mortes de Gogol et des Fables de La Fontaine donnent une autre lecture de son univers de peintre. Le premier permet de parler de la Rus- sie de son enfance et le second permet d’évoquer la France où il s’est installé dès 1922 et aussi son rapport aux animaux. La façon de La Fontaine de mettre en scène les travers et les qualités de l’âme humaine à travers le côté caricatural des animaux le fascinait.

On a l’impression que sa peinture le renvoyait sans cesse à son enfance…
Chagall parle de la Russie comme du fondement de sa culture. Il sait qu’il ne peut pas s’en passer. Il a vécu dans une fa- mille juive ascétique avec des règles très strictes. Ses œuvres sont influencées par ces traditions juives et cette vie rurale avec les animaux, les coq, les ânes… qui se retrouvent dans ses tableaux. Il était émerveillé par peu de choses. Il était fasciné par les saltimbanques et le cirque, ses costumes rutilants, ses couleurs qui amenaient à lui une poésie extraordinaire, ludique et merveilleuse et qu’il a ensuite entretenu dans ses œuvres. Chagall rêvait d’autre chose que ce qu’il voyait et sa peinture était le support pour exprimer cela. Sa peinture est faite à la fois d’irréel et de réalité.

Chagall a traversé l’Europe, a été au Etats-Unis. Il est mort presque cente- naire. Peut-on dire que son œuvre est le parcours d’un homme à travers le 20ème siècle ?
Oui. Chagall est né au 19ème siècle en 1887 et est mort en 1985. Il a quitté son pays la Russie après la révolution de 1917 à laquelle il a beaucoup cru mais il a com- pris qu’il y avait beaucoup trop d’utopie et le régime se durcissait. A Paris, il a assisté dans les années 30 à la montée du fascisme, de l’antisémitisme. Il a fuit le nazisme et a connu l’exil aux Etats-Unis. Il refusait toute idée d’état totalitaire. Pour lui, l’important était d’aller voir ail- leurs, de découvrir d’autres mondes.

Chagall souhaitait être libre ?
Chagall avait en lui l’univers de la créa- tion, le rêve d’un autre monde dans lequel l’homme pourrait s’insérer de façon heureuse. Le tout avec une grande culture. Il avait les yeux émerveillés par les rencontres qu’il faisait avec des écri- vains, des poètes et des musiciens. Il s’alimentait du rapport aux autres. Alors que la seconde moitié du vingtième siècle a abandonné son rapport à la couleur, certainement parce qu’après tant de désastres et d’horreurs, le pouvoir était donné par le noir et le blanc, Chagall est lui resté fidèle à la couleur, aux merveil- leux de son enfance. Par sa peinture, Chagall a donné aux hommes du 20ème siècle, l’espoir. Et dieu sait qu’on en a besoin à l’heure actuelle, et c’est pour ça qu’il est moderne et fantastiquement contemporain.

 

Où ? Quand ?
Du 26 juin au 1er novembre
Fond Hélène et Edouard Leclerc pour le culture Landerneau
www.fonds-culturel- leclerc.fr 

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux