BORIS CHARMATZ – Un fou de danse parmi les autres

Fous-de-danse-2

Pas vraiment remis de l’édition 2015, le directeur du musée de la danse est déjà impatient de voir sauter toutes les camisoles dans un nouveau Fous de Danse.

Quel souvenir gardes-tu de Fous de Danse 2015 ?
J’ai du mal à ne sortir qu’un seul moment car Fous de Danse est un ensemble. J’ai aimé la transformation de l’esplanade Charles de Gaulle qui est une place mal aimée. Je pensais aussi devoir tirer les gens par le T-shirt pour les convaincre de danser avec moi mais il y avait, en fait, près de 1000 personnes prêtes à danser. C’était incroyable.

Tu aimes faire sortir la danse de son cadre habituel ?
Etre sur cette place, immense, vide, c’est comme si on avait un musée de la danse à ciel ouvert. On ne pouvait pas trouver mieux que cette architecture traversable et traversée par plein de gens qui dansent.

Fous de danse est aussi un évènement symbolique…
Oui, aujourd’hui les rues sont pleines de peur. Les populations ne se croisent pas. Je pense que la danse est un bon medium pour rassembler les gens et montrer les différences. On ne danse pas tous de la même manière mais on peut partager l’espace publique. Je me souviens qu’après les attentats de Charlie hebdo, on a défilé sur cette place. On ne pouvait plus bouger. C’était à la fois triste et beau. Revenir sur cette place pour en faire une place qui danse dans un esprit de partage c’est important aujourd’hui. Peut être plus qu’hier.

Peux-tu nous parler de Roman Photo que tu vas reprendre avec des amateurs ?
L’idée est de toucher un répertoire légendaire, celui du chorégraphe Merce Cunnighan et de donner à reproduire à des amateurs des pas de danse qui datent des années 50 aux années 2000 pour en faire une chorégraphie de danse moderne. C’est un pari mais c’est ce que j’aime avec Fous de Danse. On peut créer des formes improvisées et passer d’un dance-floor à l’incontournable Soul Train, en passant par les danseurs de l’opéra de Paris qui feront un extrait d’un projet que j’ai présenté en septembre.

Pourrait-on voir Fous de Danse ailleurs qu’à Rennes ?
Des villes comme Berlin et New York ont envie de reprendre le format. Je ne sais pas comment cela peut fonctionner ailleurs mais j’ai envie d’essayer.

Où ? Quand ?
le 15 mai
esplanade Charles de Gaulle – Rennes

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux