Birdman de Alejandro G. Inarritu – Critique

Birdman

© Droits Réservés

Une satire tragi-comique gonflée et gonflante sur les affres de la célébrité.

Eternel Batman de Burton, Mickael Keaton effectue avec Birdman, un come-back savoureux dans une mise en abyme à peine voilée de sa propre carrière. Il y incarne Riggan  Thompson, acteur has been hanté par le rôle de super héros qui a fait de lui une star et qui tente aujourd’hui de retrouver une crédibilité artistique en montant une pièce à Broadway. A quelques jours de la première, il doit affronter sa famille, ses collaborateurs, son passé et son égo… Birdman épate par sa virtuosité. Très bien écrit, filmé à la mode Gravity, en un seul plan séquence, le film d’Inarritu (Babel) fait la part belle aux numéros d’acteurs, tous excellents (mention spéciale à Edward Norton en acteur excentrique et Emma Stone, à fleur de peau, en ex-junkie assistante de son père). Grâce à eux, Birdman se regarde avec plaisir comme une farce vacharde. Le film tape sur tout l’écosystème de la célébrité (les réseaux sociaux, les blockbusters écervelés, les acteurs mégalos, les producteurs cupides, les critiques aigries…). Mais derrière son exubérance et ses tirades bien senties, Birdman, à l’image de ses personnages, tourne un peu en rond. Le film d’Inarritu a bien trop conscience de sa vertu pour ne pas apparaître, sur la longueur, prétentieux et superficiel dans sa charge anti-célébrité. Un comble.

Un film de Alejandro G. Innarritu avec Mickael Keaton, Edward Norton, Emma Stone, Naomi Watts,…

Sortie le 25 février 2015.

P

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux