BANG GANG (Une histoire d’amour moderne)

bang-gang-1

© Ad Vitam

Beau et décomplexé, un premier film solaire qui n’a pas à rougir.

Les faits divers et les adolescents américains sont décidément une belle inspiration pour le jeune cinéma français. En 2011, le joli 17 Filles des sœurs Coulin traitait le phénomène des « grossesses collectives » avec sensibilité. Encore plus libéré, Bang Gang (une histoire moderne) d’Eva Husson s’inspire, lui, d’une bande d’ados qui firent scandale en 99 par leur « jeu sexuel collectif ». Transposé dans une ville de la côte atlantique, le film suit le parcours de George, jolie jeune fille de 16 ans qui tombe amoureuse d’Alex et qui, pour attirer son attention, lance les Bang Gang. Sa bande d’amis va y découvrir et tester les limites de leur sexualité jusqu’à ce qu’une épidémie de syphilis mette fin à « la parenthèse enchantée ».

 Bang Gang est un Sofia Coppola déculotté

On s’attend déjà aux polémiques. Eva Husson le reconnaît elle-même : « Si le film ne déclenche pas de réactions violentes, c’est que j’aurai vraiment failli à mon ambition de départ ». Et pourtant, il serait ridicule de faire de Bang Gang un scandale. Malgré son traitement décomplexé du sexe (nudité frontale, scène d’orgies, …), le film n’est jamais graveleux. « Le côté sexuel ne m’intéressait pas, j’étais surtout curieuse de comprendre pourquoi ces jeunes, sans prédisposition particulière pour ce genre d’expérience avaient pu aller aussi loin » explique la réalisatrice.

Bang Gang est en fait un Sofia Coppola déculotté, un Gus Van Sant sans coup de feu, un Larry Clark sans trash. Rythmé par les nappes électro de White Sea (complice de M83) et baigné par une douce lumière estivale, le film est surtout, sans manichéisme, le portrait juste d’adolescents « habités d’une grande solitude » dans une génération désinhibée par les réseaux sociaux et la banalisation du porno. Ils refermeront d’ailleurs cet épisode sans être traumatisés ni scandalisés. Certains même grandis. Mais à travers ce regard sans jugement, c’est surtout la justesse du casting de jeunes comédiens qui est à saluer, quasiment tous débutants et se jetant à corps perdus dans des rôles bien écris. Scandale ou pas, Bang Gang est le film à voir début 2016 comme la révélation d’une réalisatrice à suivre.


Bang Gang (A Modern Love Story) / Bang Gang… par unifrance

de Eva Husson avec Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy Broom, …
Sortie le 13 janvier 2016.

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux