Association More : Donner son sens véritable à l’utopie

P1110256-bandeau

© Droits réservés

En utilisant la culture comme outil, More cherche à transmettre ce qu’il y a de plus beau en chacun de nous. Retour sur un projet aux multiples facettes.

Deux faits particuliers donnent de l’énergie à l’association MORE pour mettre en place des activités culturelles accessibles au plus grand nombre sur le territoire : 80% de la vie des gens se déroule à 20 minutes de chez eux (d’après Jean Ollivro, géographe français) et la tranche d’âge (18-30 ans) de la population de l’agglomération briochine s’amenuise et quitte le territoire costarmoricain. « L’idée de départ était d’essayer de recréer une vie culturelle qui nous séduirait », explique Léo Stiefvater, un des membres de l’association.

« 80% de la vie des gens se déroule à 20 minutes de chez eux »

Pour cela, l’asso commence à organiser des concerts (SoliMORE, Saint-Brok’s calling, …), des expos (dont une dans une serre dans le quartier Saint-Michel, réaménagée et scénographiée pour l’occasion), et des événements pluridisciplinaires réunissant à la fois du théâtre, de la musique, de l’art graphique, de l’architecture, etc. En parallèle les membres architectes et urbanistes de More décident de participer à un projet européen d’urbanisme  : Europan 2015. Ce dernier visant à promouvoir des idées et concepts sur la transformation des territoires fût l’occasion pour le collectif d’expérimenter un urbanisme coopératif pour créer la ville de demain au Carré Rosengart. « On a mobilisé 6-7 personnes pendant trois mois et la CCI nous a prêté des locaux au Carré Rosengart », précise Léo. En parallèle une agence spécialisée dans l’architecture se créait et cohabite aujourd’hui au sein du même espace. En mixant milieux associatif et professionnel, More innove dans son fonctionnement et souhaite au travers de ses projets « valoriser le vivre ensemble et le faire ensemble » et ainsi redynamiser un territoire injustement décrié. D’autres idées professionnelles émergent et un concept de vente de café ambulant à l’aide d’un triporteur verra prochainement le jour à Saint-Brieuc. Dans cette continuité, l’association organisera en février une exposition (Fab’Brique, qui rappelle l’univers cher à l’enfance des jeux de construction) en partenariat avec la Briquèterie, et en juillet une nouvelle édition de son festival Do It Yourself (à Tournemine à Plérin, normalement).

Avec toujours pour fil conducteur : rassembler les gens en valorisant l’économie et la culture à une échelle locale.

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux