Abéla Popite ou la poésie de l’inutile

Abéla Popite

© Droits Réservés

Laurence Poueyto alias Abéla Popite s’incruste au théâtre de la paillette à Rennes. Rencontre avec une clown qui ne vit pas dans un monde merveilleux mais y croit quand même.

On avait croisé Abéla, un soir d’été, avec son panier rempli d’histoires, au festival Les tombées de la nuit. A l’époque Abéla travaillait dans la compote. A l’usine on l’appelait la reine des pommes mais le jour où elle a été convoquée ce n’était pas pour être couronnée mais pour être licenciée car Abéla n’est pas assez rentable, elle est… clown. Mais pas n’importe quel clown : LA clown de Laurence Poueyto, comédienne et fondatrice de la compagnie Si tu t’imagines. Il faut le savoir, nous avons tous, en nous, un clown, « il suffit de le trouver et de le travailler », comme nous l’explique Laurence. « Son clown, on le construit un peu à partir de soi. Abéla je l’ai créée est un peu plus voûtée que moi, à la fois ogresse et enfant».

J’ai besoin de défendre des spectacles qui ne soient pas que légers.

Il y a, dans les colères et la naïveté d’Abéla, un peu de Yolande Moreau et comme elle, Abéla évoque à sa façon des questions sociales. « Le clown qu’il ait un nez rouge ou pas, c’est toujours un personnage d’exclus, de maladroit, qui ne va jamais au bout de ses projets… Dans le monde d’aujourd’hui, il est important de défendre des personnages qui ne rentrent pas dans une logique d’efficacité » tient à préciser la comédienne.
Dans Quatre saisons en trois actes, digression clownesque autour d’un poème de Rilke, Laurence raconte comment Abéla s’essaie au théâtre après son licenciement. Elle est encadrée dans sa tâche par un personnage autoritaire, le Surtout, revisitation post-freudienne du clown blanc interprété par sa complice Martine Dupé. Selon Laurence Poueyto, cette pièce évoque à la fois le désir de théâtre mais aussi l’angoisse de la mort. « C’est le grand avantage du clown, passer de l’infiniment grand par l’imaginaire, et tout à coup lutter contre des peurs très violentes dans le réel ». Mais aucune raison de s’angoisser, si Abéla doit mourir, une chose est sûre, elle reviendra car telle est la destinée d’un clown, chuter mais toujours se relever.

Spectacle
Quatre saisons en trois actes
Où ? Quand ?
17 mars 2015 à 20h – La Paillette (Rennes)
19 mars 2015 à 20h – La Paillette (Rennes)
27 mars 2015 à 20h – c.culturel Avant-scène (Montfort-sur-Meu)

Tags :     , ,

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux