AaRon – Le duo revient couper la nuit

aaron-francois-berthier-2

© François Berthier

Après quatre ans d’absence, AaRon est de retour avec un nouvel album et une nouvelle tournée. Discussion avec le chanteur Simon autour de cet intriguant We Cut The night.

Est-il vrai que vous ne pensiez pas refaire d’album ?
A la fin de la dernière tournée, j’étais complètement vidé. J’ai eu besoin d’aller voir ailleurs. J’avais l’impression d’avoir tout dit et d’avoir fait le tour d’Aaron. Cet album a grandi sur une terre aride. On en est d’autant plus fier qu’il a fallu se réinventer sans se laisser piéger. Pour nous, il représente une renaissance.

Comment faut-il entendre le titre de l’album We cut the night ?
Nous voulons couper la nuit avec notre musique. Couper le silence et la solitude de la nuit pour trouver sa place dans la masse. Si on y réfléchit, un concert n’est rien d’autre qu’un moment de silence que nous coupons tous ensemble.

« On a fait l’album avec beaucoup d’insouciance. »

L’album apparaît plus sombre, plus électro, plus urbain aussi à l’image de Blouson Noir le premier single.
L’idée de Blouson Noir m’est venue la nuit à New York après une séparation. J’ai eu l’image que chacun porte une cape, un manteau, invisible qui cache ce qui nous est intime. J’ai eu envie de mettre en musique ce sentiment d’être seul parmi les autres. Je souhaitais un morceau très béton, très New York en fait. C’est ce morceau qui a donné la tonalité de l’album.

Le teaser vidéo de l’album avait une guest star : John Malkovich. Pourquoi lui ?
Nous voulions que le teaser présente l’album comme la préface d’un livre. J’ai fait écouter un titre à John que je connaissais et il a aimé. John a cette aura, ce visage si particulier qui porte en lui beaucoup de choses. Il était l’incarnation parfaite du narrateur de We Cut the night.

Vous avez fait quelques festivals cet été avant la sortie de l’album…
On l’a fait avec beaucoup d’insouciance. C’était très intense de voir le public réagir en découvrant les morceaux. Il semble avoir compris la direction que nous voulons prendre.

Avez-vous craint un jour d’être noyé par la déferlante U-turn(Lili) ?
Avoir un tube dès le premier album est une chance mais nous aurions arrêté si nous avions été le groupe d’un seul tube qui exploite un fond de commerce. U-turn (Lili), qui a maintenant 10 ans, est complètement intégré à notre univers car nous avons su avancer.

Le 24 octobre 2015
à La Nouvelle Vague (Saint-Malo)

Le 21 novembre 2015
à l’Etage (Rennes)

Tags :    

Articles en lien

Archives

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux